Bilan des appels à candidatures de 2004-2005 à 2014-2015

 Bilan FOAD 2016-2017

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 8 537 candidatures pour 89 diplômes présentés.

Années Nb candidatures
2004 4300
2005 5100
2006 8100
2007 7900
2008 8606
2009 10444
2010 12614
2011 12374
2012 10139
2013 10739
2014 9124
2015 6485

Les 8 537 candidatures proviennent de 63 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). En 2016, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 77,62% (45,43% en Afrique de l’ouest, 28,82% en Afrique centrale, 3,37% pour l’océan Indien). Comme les autres années, ce sont les Burkinabés (13,01%) et les Camerounais (12,46%) qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (7,85%), Caraïbe (6,92%), Europe (4,29%), Moyen Orient (2,50%), Amériques (0,35%), Europe centrale et orientale (0,30%), Asie Pacifique (0,18%). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures (recrutement) ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats
Les candidates représentent 20,67% du total des candidatures, en baisse par rapport à 2015 (23,02%).

Années ♀♀ ♀ ♀ ♀ ♀
2005 17%
2006 20.1%
2007 20.21%
2008 19.74%
2009 19.72%
2010 19.86%
2011 19,33%
2012 21,90%
2013 21,51%
2014 21,85%
2015 23,02%

82,06% des candidats exercent une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 50,70% exercent une activité depuis moins de 5 ans. 6,51% des candidats sont sans emploi et 11,42% des étudiants.
56,57% des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 13,65% ont un diplôme supérieur à bac +5.

58,74% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 43,86% à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 100% à posséder un ordinateur, et pour 94,97% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 87,99% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général

Pour l’année 2016-2017, 1152 candidats ont bénéficié du soutien de l’AUF.

20,67% des bénéficiaires sont des femmes (23,50% en 2015, 21,44% en 2014, 22,78% en 2013, 26,36% en 2012, 28,11% en 2011, 20,65% en 2010, 30.57 % en 2009, 29.37% en 2008, 29.64% en 2007, 38.92% en 2006, 30 % en 2005, 21 % en 2004).

24,40% des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 14,30% à plus de bac +5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (90,73 % d’adultes en activité, pour 5,98% d’étudiants et 3,29% de sans emploi). Chez les professionnels, 8,21% des bénéficiaires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 53,08% des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 48,99% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 100% possèdent un ordinateur, et pour 96,71% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 88,44% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

85,96% des bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (46,39% en Afrique de l’ouest, 35,26% en Afrique centrale, 4,31% dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Caraïbe (6,75%), Maghreb (4,66%), Moyen-Orient (2,23%), Asie-Pacifique (0,30%), Europe centrale et orientale (0,30%), Europe (0,20%).

2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF (soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2016-2017, 413 candidats ont bénéficié d’une allocation de l’AUF.

Si seulement un peu moins de 21% des candidats sont des candidates, en revanche 36,08% des allocataires sont des femmes (36,36% en 2015, 32,47 en 2014, 32,56% en 2013, 38,95% en 2012, 35,70% en 2011, 35% en 2010, 30.57% en 2009, 36.24% en 2008, 36.48% en 2007, 40,5% en 2006, 33,4 % en 2005, 31,2 % en 2004).
20,34% des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 15,50% à plus de bac +5. Étant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (80,86% d’adultes en activité, pour 13,08% d’étudiants et 6,05% de sans emploi). Chez les professionnels, 16,46% des allocataires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 67,07% des allocataires ont moins de 35 ans. 51,57% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 100% possèdent un ordinateur et pour 95,88% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 88,62% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

82,32% des 413 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (47,70% d’Afrique de l’ouest, 25,18% d’Afrique centrale, 9,44% de l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (7,51%) , Caraïbe (6,54%), Moyen-Orient (2,66%), Europe centrale et orientale (0,73%), Asie-Pacifique (0,24%).

2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF (coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2016-2017, 807 candidats ont bénéficié des services de l’AUF, 17,68% seulement sont des femmes, 25,18% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 13,78% à plus de Bac + 5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (92,06% d’adultes en activité, pour 4,55% d’étudiants et 3,41% de sans emploi). Chez les professionnels, 6,09% sont des enseignants.
Ils ne sont plus que 50,84% à avoir moins de 35 ans, 46,61% ont entre 35 et 50 ans et 2,55% ont plus de 50 ans.
47,08% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 100% ont un ordinateur, pour 96,29% d’entre eux il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 88,63% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

86,67% sont originaires de l’Afrique Subsaharienne (46,38% en Afrique de l’Ouest, 36,66% en Afrique Centrale, 3,63% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Caraïbe (6,46%), Maghreb (4,42%), Moyen-Orient (4,14%), Europe (0,31%), Asie-Pacifique (0,31%), Amériques (0,16%).

Conclusion :

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question du genre où on observe chez les bénéficiaires sans allocation une sous représentation des femmes, déjà relevé lors de précédentes promotions.

 Bilan FOAD 2015-2016

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 6 485 candidatures pour 80 diplômes présentés.

Années Nb candidatures
2004 4300
2005 5100
2006 8100
2007 7900
2008 8606
2009 10444
2010 12614
2011 12374
2012 10139
2013 10739
2014 9124

Les 6 485 candidatures proviennent de 54 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). En 2015, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 75,37% (41,08% en Afrique de l’ouest, 30,76% en Afrique centrale, 3,53% pour l’océan Indien). Comme les autres années, ce sont les Camerounais (15,62%) puis les Burkinabés (8,36%) qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (9,58%), Caraïbe (6,49%), Europe (5,09%), Moyen Orient (2,51%), Amériques (0,52%), Asie Pacifique (0,23%), Europe centrale et orientale (0,20%) . Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures (recrutement) ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats
Les candidates représentent 23,02% du total des candidatures, en hausse par rapport à 2014 (21,85%).

Années ♀♀ ♀ ♀ ♀ ♀
2005 17%
2006 20.1%
2007 20.21%
2008 19.74%
2009 19.72%
2010 19.86%
2011 19,33%
2012 21,90%
2013 21,51%
2014 21,85%

81,71% des candidats exercent une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 50,16% exercent une activité depuis moins de 5 ans. 6,40% des candidats sont sans emploi et 11,89% des étudiants.
69,60% des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 13,99% ont un diplôme supérieur à bac +5.

58,86% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 42,65% à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 100% à posséder un ordinateur, et pour 93,88% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 98,63% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général

Pour l’année 2015-2016, 1086 candidats ont bénéficié du soutien de l’AUF.

23,50% des bénéficiaires sont des femmes (21,44% en 2014, 22,78% en 2013, 26,36% en 2012, 28,11% en 2011, 20,65% en 2010, 30.57 % en 2009, 29.37% en 2008, 29.64% en 2007, 38.92% en 2006, 30 % en 2005, 21 % en 2004).

25,39 % des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 18,40% à plus de bac +5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (88,38 % d’adultes en activité, pour 7,65% d’étudiants et 3,98% de sans emploi). Chez les professionnels, 7,81% des bénéficiaires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 50,99% des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 53,73% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 100% possèdent un ordinateur, et pour 95,80% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 91,45% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

84,54% des bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (43,51 % en Afrique de l’ouest, 37,70% en Afrique centrale, 3,33% dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions :Maghreb (6,82%), Caraïbe (5,38%), Moyen-Orient (2,48%), Amériques (0,37%), Asie-Pacifique (0,32%), Europe (0,32%), Europe centrale et orientale (0,22%).

2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF (soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2015-2016, 374 candidats ont bénéficié d’une allocation de l’AUF.

Si seulement un peu plus de 23 % des candidats sont des candidates, en revanche 36,36% des allocataires sont des femmes (32,47 en 2014, 32,56% en 2013, 38,95% en 2012, 35,70% en 2011, 35% en 2010, 30.57% en 2009, 36.24% en 2008, 36.48% en 2007, 40,5% en 2006, 33,4 % en 2005, 31,2 % en 2004).
21,66% des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 17,38% à plus de bac +5. Étant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (81,82% d’adultes en activité, pour 12,57% d’étudiants et 5,61% de sans emploi). Chez les professionnels, 17,65 % des allocataires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 64,71% des allocataires ont moins de 35 ans. 50,53% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 100% possèdent un ordinateur et pour 95,19% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 94,39% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

80,22% des 374 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (44,39% d’Afrique de l’ouest, 28,88% d’Afrique centrale, 6,95% de l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (9,63%) , Caraïbe (7,22%), Moyen-Orient (1,87%), Asie-Pacifique (0,27%), Europe centrale et orientale (0,53%), Amériques (0,27%).

2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF (coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2015-2016, 712 candidats ont bénéficié des services de l’AUF, 20,33% seulement sont des femmes, 51,03% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 17,78% à plus de Bac + 5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (90,23% d’adultes en activité, pour 6,25% d’étudiants et 3,51% de sans emploi). Chez les professionnels, 5,63% sont des enseignants.
Ils ne sont plus que 47,95% à avoir moins de 35 ans, 48,28% ont entre 35 et 50 ans et 3,77% ont plus de 50 ans.
53,11% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 100% ont un ordinateur, pour 95,63% d’entre eux il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 90,24% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

85,20% sont originaires de l’Afrique Subsaharienne (43,77% en Afrique de l’Ouest, 38,63% en Afrique Centrale, 2,80% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (6,49%), Caraïbe (5,09%), Moyen-Orient (2,46%), Europe (0,54%), Amériques (0,62%), Asie-Pacifique (0,36%).

Conclusion :

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question du genre où on observe chez les bénéficiaires sans allocation une sous représentation des femmes.

 Bilan FOAD 2014-2015

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 9124 candidatures pour 85 diplômes présentés.

Années Nb candidatures
2004 4300
2005 5100
2006 8100
2007 7900
2008 8606
2009 10444
2010 12614
2011 12374
2012 10139
2013 10739

Les 9124 candidatures proviennent de 64 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). En 2014, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 77,25% (43,40% en Afrique de l’ouest, 30,67% en Afrique centrale, 3,18% pour l’océan Indien). Comme les autres années, ce sont les Camerounais (13,65%) puis les Burkinabés (10,00%) qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (10,29 %), Caraïbe (5,23%), Europe (4,60%), Moyen Orient (2,02%), Europe centrale et orientale (0,21 %), Asie Pacifique (0,14 %), Amériques (0,26%). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures (recrutement) ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats
Les candidates représentent 21,85 % du total des candidatures, en légère hausse par rapport à 2013 (21,51%).

Années ♀♀ ♀ ♀ ♀ ♀
2005 17%
2006 20.1%
2007 20.21%
2008 19.74%
2009 19.72%
2010 19.86%
2011 19,33%
2012 21,90%
2013 21,51%

81,74% des candidats exercent une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 52,17% exercent une activité depuis moins de 5 ans. 6,70% des candidats sont sans emploi et 11,56% des étudiants.
64,26 % des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 13,06% ont un diplôme supérieur à bac +5.

59,49% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 37,67 % à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 98,29% à posséder un ordinateur, et pour 92,45% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 86,83% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général

Pour l’année 2014-2015, 1206 candidats ont bénéficié du soutien de l’AUF.

21,44% des bénéficiaires sont des femmes (22,78% en 2013, 26,36% en 2012, 28,11% en 2011, 20,65% en 2010, 30.57 % en 2009, 29.37% en 2008, 29.64% en 2007, 38.92% en 2006, 30 % en 2005, 21 % en 2004).

26,41 % des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 15,59% à plus de bac +5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (88,77 % d’adultes en activité, pour 8,67% d’étudiants et 2,56% de sans emploi). Chez les professionnels, 11,23 % des bénéficiaires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 55,14% des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 45,75% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 99,03% possèdent un ordinateur, et pour 94,59% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 89,94% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

82,1% des bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (43,16 % en Afrique de l’ouest, 35,73% en Afrique centrale, 3,21% dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Caraïbe (7,91%), Maghreb (6,84%), Moyen-Orient (2,81%), Europe (0,1%), Amériques (0,05%), Asie-Pacifique (0,1%), Europe centrale et orientale (0,09%).

2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF (soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2014-2015, 582 candidats ont bénéficié d’une allocation de l’AUF.

Si seulement un peu moins de 22 % des candidats sont des candidates, en revanche 32,47% des allocataires sont des femmes (32,56% en 2013, 38,95% en 2012, 35,70% en 2011, 35% en 2010, 30.57% en 2009, 36.24% en 2008, 36.48% en 2007, 40,5% en 2006, 33,4 % en 2005, 31,2 % en 2004).
22,16% des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 15,29% à plus de bac +5. Étant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (82,13% d’adultes en activité, pour 12,03% d’étudiants et 5,84% de sans emploi). Chez les professionnels, 16,84 % des allocataires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 74,57% des allocataires ont moins de 35 ans. 42,78% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 99,31% possèdent un ordinateur et pour 93,99% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 88,32% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.
83,16% des 582 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (49,83% d’Afrique de l’ouest, 27,66% d’Afrique centrale, 5,67% de l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (9,28%), Caraïbe (4,30%), Moyen-Orient (2,75%), Asie-Pacifique (0,34%), Europe centrale et orientale (0,17%).

2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF (coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2014-2015, 624 candidats ont bénéficié des services de l’AUF, 17,60%% seulement sont des femmes, 28,04% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 14,37% à plus de Bac + 5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (91,48% d’adultes en activité, pour 6,81 % d’étudiants et 1,71% de sans emploi). Chez les professionnels, 8,89% sont des enseignants.
Ils ne sont plus que 45,43% à avoir moins de 35 ans, 46,69% ont entre 35 et 50 ans et 7,88% ont plus de 50 ans.
45,94% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 99,05% ont un ordinateur. Pour 94,78% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 90,62% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.
83,39% sont également originaires de l’Afrique Subsaharienne (41,70% en Afrique de l’Ouest, 38,80% en Afrique Centrale, 2,89% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Caraïbe (7,55%), Maghreb (6,41%), Moyen-Orient (2,23%), Europe (0,22%), Europe centrale et orientale (0,10%), Amériques (0,10%).

Conclusion :

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question du genre où on observe chez les bénéficiaires sans allocation une sous représentation des femmes.

 Bilan FOAD 2013-2014

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 10739 candidatures pour 82 diplômes présentés.

Années Nb candidatures
2004 4300
2005 5100
2006 8100
2007 7900
2008 8606
2009 10444
2010 12614
2011 12374
2012 10139

Les 10739 candidatures proviennent de 64 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). En 2013, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 81,01% (45,07% en Afrique de l’ouest, 31,92% en Afrique centrale, 4,02% pour l’océan Indien). Comme les autres années, ce sont les Camerounais (15,85%), puis les Burkinabés (10,17%) qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (7,26 %), Caraïbe (5,35 %), Europe (3,96%), Moyen Orient (1,90%), Amériques (0,19%), Asie Pacifique (0,17 %), Europe centrale et orientale (0,16 %). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures (recrutement) ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats
Les candidates représentent 21,51 % du total des candidatures, en légère baisse par rapport à 2012 (21,90%).

Années ♀♀ ♀ ♀ ♀ ♀
2005 17%
2006 20.1%
2007 20.21%
2008 19.74%
2009 19.72%
2010 19.86%
2011 19,33%
2012 21,90%

Il est pourtant précisé sur le site, pour chaque formation, que par décision du Conseil scientifique « les candidatures féminines seront favorisées pour l’attribution des allocations d’études à distance ». La traduction de cette priorité se retrouve dans les chiffres des femmes allocataires (voir plus bas).
81,32% des candidats exercent une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 54,53% exercent une activité depuis moins de 5 ans. 7,29% des candidats sont sans emploi et 11,39% des étudiants.
63,27 % des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 12,65% ont un diplôme supérieur à bac +5, pourcentage sans doute à rapprocher de celui des enseignants postulant à une formation (9,32 %).

61,53% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 32,45 % à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 97,39% à posséder un ordinateur, et pour 89,59% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 83,66% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général

Pour l’année 2013-2014, 1299 candidats ont bénéficié du soutien de l’AUF.

22,78% des bénéficiaires sont des femmes (26,36% en 2012, 28,11% en 2011, 20,65% en 2010, 30.57 % en 2009, 29.37% en 2008, 29.64% en 2007, 38.92% en 2006, 30 % en 2005, 21 % en 2004).

23,11 % des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 20,12% à plus de bac +5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (90,20 % d’adultes en activité, pour 5,97 % d’étudiants et 3,83% de sans emploi). Chez les professionnels, 10,16 % des bénéficiaires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 42,49 % des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 39,93% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 98,39% possèdent un ordinateur, et pour 90,67% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 85,81% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

84,14% des bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (47,36 % en Afrique de l’ouest, 33,11% en Afrique centrale, 3,67% dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Caraïbe (6,35%), Maghreb (5,88%), Moyen-Orient (1,91%), Europe (1,22%), Asie-Pacifique (0,38%), Europe centrale et orientale (0,04%), Amériques (0,08%).

2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF (soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2013-2014, 602 candidats ont bénéficié d’une allocation de l’AUF.

Si seulement un peu moins de 22 % des candidats sont des candidates, en revanche 32,56% des allocataires sont des femmes (38,95% en 2012, 35,70% en 2011, 35% en 2010, 30.57% en 2009, 36.24% en 2008, 36.48% en 2007, 40,5% en 2006, 33,4 % en 2005, 31,2 % en 2004).
22,43% des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 16,61% à plus de bac +5. Etant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (82,06% d’adultes en activité, pour 12,13% d’étudiants et 5,81% de sans emploi). Chez les professionnels, 13,62 % des allocataires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 72,92% des allocataires ont moins de 35 ans. 37,04% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 97,67% possèdent un ordinateur et pour 90,86% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 83,06% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

85,54% des 602 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (50,66% d’Afrique de l’ouest, 29,40% d’Afrique centrale, 5,48% de l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (8,97%), Caraïbe (2,99%), Moyen-Orient (1,99%), Amériques (0,33%), Europe centrale et orientale (0,17%).

2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF (coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2013-2014, 696 candidats ont bénéficié des services de l’AUF, 20,84% seulement sont des femmes, 23,69% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 18,91% à plus de Bac + 5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (92,54% d’adultes en activité, pour 3,85 % d’étudiants et 3,61% de sans emploi). Chez les professionnels, 8,89% sont des enseignants.
Ils ne sont plus que 48,51% à avoir moins de 35 ans, 45,45% ont entre 35 et 50 ans et 6,04% ont plus de 50 ans.
39,77% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 98,71% ont un ordinateur. Pour 91,24% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 86,56% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

84,62% sont également originaires de l’Afrique Subsaharienne (46,58% en Afrique de l’Ouest, 34,18% en Afrique Centrale, 3,86% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Caraïbe (6,67%), Maghreb (5,35%), Moyen-Orient (1,67%), Europe (1,31%), Asie-Pacifique (0,38%).

1.3.3 Les bénéficiaires d’une allocation des Services Culturels des Ambassades de France (soutien financier, suivi des dossiers d’inscription et des paiements, accès libre CNF, organisation des examens et des soutenances, logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Cela concerne 1 candidat (H), niveau de diplôme supérieur à Bac +5, entre 40 et 50 ans, statut Fonctionnaire. Il déclare posséder un ordinateur portable et bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

Le bénéficiaire est originaire d’Afrique sub-saharienne (soutien de l’Ambassades de France du Niger).

Conclusion :

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question du genre où on observe chez les bénéficiaires sans allocation une sous représentation des femmes.

 Bilan FOAD 2012-2013

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 10139 candidatures pour 87 diplômes présentés.

Années Nb candidatures
2004 4300
2005 5100
2006 8100
2007 7900
2008 8606
2009 10444
2010 12614
2011 12374

Les 10139 candidatures proviennent de 65 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). En 2012, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 80,56% (45,76% en Afrique de l’ouest, 30,64% en Afrique centrale, 4,16% pour l’océan Indien). Comme les 6 années passées, ce sont les Camerounais (15,22%) puis les Burkinabés (12,32%) qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (8,26 %), Caraïbe (5,06 %), Europe (3,82%), Moyen Orient (1,63%), Amériques (0,25%), Asie Pacifique (0,22 %), Europe centrale et orientale (0,21 %). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures (recrutement) ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats
Les candidates représentent 21,90 % du total des candidatures, en hausse par rapport à 2011 (19,33%).

Années ♀♀ ♀ ♀ ♀ ♀
2005 17%
2006 20,10%
2007 20,21%
2008 19,74%
2009 19,72%
2010 19,86%
2011 19,33%

Il est pourtant précisé sur le site, pour chaque formation, que par décision du Conseil scientifique « les candidatures féminines seront favorisées pour l’attribution des allocations d’études à distance ». La traduction de cette priorité se retrouve dans les chiffres des femmes allocataires (voir plus bas).
80,55% des candidats exercent une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 55,11% exercent une activité depuis moins de 5 ans. 7,31% des candidats sont sans emploi et 12,13% des étudiants.
66,21 % des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 10,94% ont un diplôme supérieur à bac +5, pourcentage sans doute à rapprocher de celui des enseignants postulant à une formation (8,27 %).

64,49% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 30,79 % à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 97,31% à posséder un ordinateur, et pour 87,55% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 81,29% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général

Pour l’année 2012-2013, 1456 candidats ont bénéficié du soutien de l’AUF.

Si seulement un peu moins de 22 % des candidats sont des candidates, en revanche 26,36% des bénéficiaires sont des femmes (28,11% en 2011, 20,65% en 2010, 30.57 % en 2009, 29.37% en 2008, 29.64% en 2007, 38.92% en 2006, 30 % en 2005, 21 % en 2004).

23,70 % des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 16,50 % à plus de bac +5.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (87,82 % d’adultes en activité, pour 7,05 % d’étudiants et 5,14% de sans emploi). Chez les professionnels, 8,35 % des bénéficiaires sont des enseignants.

Par rapport aux candidats, 59,24 % des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 35,18% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 98,49% possèdent un ordinateur, et pour 89,43% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 83,66% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

85,95% des bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (52,44 % en Afrique de l’ouest, 28,83% en Afrique centrale, 4,68 % dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (5,70%), Caraïbe (3,71%), Europe (2,50%), Moyen-Orient (1,28 %), Europe centrale et orientale (0,19%), Amériques (0,29%), Asie-Pacifique (0,38%).

2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF (soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2012-2013, 534 candidats ont bénéficié d’une allocation de l’AUF.

Si seulement un peu moins de 22 % des candidats sont des candidates, en revanche 38,95% des allocataires sont des femmes (35,70% en 2011, 35% en 2010, 30.57% en 2009, 36.24% en 2008, 36.48% en 2007, 40,5% en 2006, 33,4 % en 2005, 31,2 % en 2004).
21,35% des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 13,86% à plus de bac +5. Etant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (77,53% d’adultes en activité, pour 13,86% d’étudiants et 8,61% de sans emploi). Chez les professionnels, 13.48 % des allocataires sont des enseignants.
A l’identique des candidats, 74,16% des allocataires ont moins de 35 ans. 35,39% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 98,31% possèdent un ordinateur et pour 88,39% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 80,52% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

85,39% des 534 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (50,37% d’Afrique de l’ouest, 29,21% d’Afrique centrale, 5,81% de l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (8,99%), Caraïbe (3,56%), Moyen-Orient (1,69%), Amériques (0,19%), Europe centrale et orientale (0,19%).

2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF (coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Pour l’année 2012-2013, 904 candidats ont bénéficié des services de l’AUF, 23,18% seulement sont des femmes, 24,27% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 30,06% à plus de Bac + 5.

La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (91,56 % d’adultes en activité, pour 4,38 % d’étudiants et 4,06% de sans emploi). Chez les professionnels, 7,39% sont des enseignants.
Ils ne sont plus que 52,59% à avoir moins de 35 ans, 42,54% ont entre 35 et 50 ans et 4,88% ont plus de 50 ans.
34,75% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 98,33% ont un ordinateur. Pour 88,55% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 84,84% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.
84,27% sont également originaires de l’Afrique Subsaharienne (49,30% en Afrique de l’Ouest, 29,47% en Afrique Centrale, 5,50% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (6,49%), Caraïbe (4,53%), Europe (2,65%), Moyen-Orient (1,14%), Asie-Pacifique (0,37%), Europe centrale et orientale (0,30 %), Amérique (0,25%).

1.3.3 Les bénéficiaires d’une allocation des Services Culturels des Ambassades de France (soutien financier, suivi des dossiers d’inscription et des paiements, accès libre CNF, organisation des examens et des soutenances, logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).
Cela concerne 18 personnes.
5,56% sont des femmes
33,33% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 11,11% supérieur à Bac +5.
Ils sont 50% à avoir moins de 35 ans.
Ce sont à 77,78% des professionnels et 16,67% sont des étudiants.

Ils déclarent à 88,89% posséder un ordinateur et pour 88,89% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 44,44% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

Les bénéficiaires sont tous originaires d’Afrique sub-saharienne (soutien des Ambassades de France du Niger, du Gabon et de la République centrafricaine).

Conclusion :

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question du genre où on observe chez les bénéficiaires sans allocation une sous représentation des femmes.

 Bilan FOAD 2011-2012

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 12374 candidatures pour 80 diplômes présentés. Il s’agit du 2ème chiffre le plus élevé jamais atteint. L’an passé le chiffre était de 12614 candidats. Le nombre de candidats est équivalent, et toujours significatif du succès de l’appel.

Années Nb candidatures
2004 4300
2005 5100
2006 8100
2007 7900
2008 8606
2009 10444
2010 12614

(à l’exception de 2007 où il n’y avait eu « que » 7900 candidatures, cette baisse s’expliquant par la décision du conseil scientifique de ne plus soutenir les diplômes du nord de niveau inférieur au master).

Les 12374 candidatures proviennent de 63 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). En 2011, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 82,47% (47,58% en Afrique de l’ouest, 31,33% en Afrique centrale, 3,56% pour l’océan Indien). Comme les 5 années passées, ce sont les Camerounais (16,24%) puis les Burkinabés (13,17%) qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (7.01 %), Europe (3,16%), Caraïbe (4,38 %), Moyen Orient (1,81%), Europe centrale et orientale (0,11 %), Asie Pacifique (0,12 %). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures (recrutement) ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats
Les candidates ne représentent que 19.33 % du total des candidatures, en baisse depuis 4 ans.

Années ♀♀ ♀ ♀ ♀ ♀
2005 17%
2006 20.1%
2007 20.21%
2008 19.74%
2009 19.72%
2010 19.86%

Il est pourtant précisé sur le site, pour chaque formation, que par décision du Conseil scientifique « les candidatures féminines seront favorisées pour l’attribution des allocations d’études à distance ». La traduction de cette priorité se retrouve dans les chiffres des femmes allocataires (voir plus bas).
81,36% des candidats exercent une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 54,88% exercent une activité depuis moins de 5 ans. 7,12% des candidats sont sans emploi et 11,52% des étudiants.
64,07 % des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 9.88% ont un diplôme supérieur à bac +5, pourcentage sans doute à rapprocher de celui des enseignants postulant à une formation (8,42 %).

64,61% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 29,58 % à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 96,15% à posséder un ordinateur, et pour 82,08% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 77,06% bénéficier d’un connexion Internet à leur domicile.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général
(Chiffres arrêtés au 26/03/2012 pour 1264 bénéficiaires issus des sélections pour les 80 formations)

Si seulement un peu moins de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 29.47% des bénéficiaires sont des femmes (30.57 % en 2009, 29.37% en 2008, 29.64% en 2007, 38.92% en 2006, 30 % en 2005, 21 % en 2004).
36.54 % des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 21.18 % à plus de bac +5. Étant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (86.69 % d’adultes en activité, pour 9.11 % d’étudiants et 4.19% de sans emploi). Chez les professionnels, 10.51 % des bénéficiaires sont des enseignants.
A l’identique des candidats, 64.7 % des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 32.43% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 95.32% possèdent un ordinateur, et pour 78% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 70.03% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

82.19% des 1234 bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (45.16 % en Afrique de l’ouest, 32.76% en Afrique centrale, 4.27 % dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (6.57%), Caraïbe (6.98%), Moyen-Orient (3.04 %), Europe centrale (0,16 %), Asie Pacifique (0,16 %).

2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF (soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

(Chiffres arrêtés au 20/03/2012 pour 501 bénéficiaires)
Si seulement un peu moins de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 35,7% des allocataires sont des femmes (35% en 2010, 30.57% en 2009, 36.24% en 2008, 36.48% en 2007, 40,5% en 2006, 33,4 % en 2005, 31,2 % en 2004).
21,57% des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 14.1% à plus de bac +5. Etant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (82.05% d’adultes en activité, pour 11,49% d’étudiants et 6,45% de sans emploi). Chez les professionnels, 13.45 % des allocataires sont des enseignants.
A l’identique des candidats, 73.4% des allocataires ont moins de 35 ans. 35,28% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 97.18% possèdent un ordinateur et pour 81,25% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 75,6% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.
84,67% des 501 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (47.38% d’Afrique de l’ouest, 30.44% d’Afrique centrale, 6,85% de l’océan indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (7.66%), Caraïbe (3,02%), Moyen-Orient (4,3 %),

2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF (coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

(Chiffres arrêtés au 20/03/2012 pour 744 bénéficiaires)

23,4% seulement sont des femmes, il n’y a pas de prise en compte de la politique de genre du Conseil Scientifique.
23,54% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 8,16% à plus de Bac + 5
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (91,15 % d’adultes en activité, pour 4,76 % d’étudiants et 4,08% de sans emploi). Chez les professionnels, 9,12% sont des enseignants.
Ils ne sont plus que 56,19% à avoir moins de 35 ans, 40,13% ont entre 35 et 50 ans et 4,08% ont plus de 50 ans.
31,02% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 92,79% ont un ordinateur. Pour 84,08% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 81,5% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.
83,8% sont également originaires de l’Afrique Subsaharienne (40,54% en Afrique de l’Ouest, 39,59% en Afrique Centrale, 3.67% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (9,39%), Moyen-Orient (1,22%), Europe Centrale (0.2 %), Asie-Pacifique (0.14 %).

1.3.3 Les bénéficiaires d’une allocation des Services Culturels des Ambassades de France (soutien financier, suivi des dossiers d’inscription et des paiements, accès libre CNF, organisation des examens et des soutenances, logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).
Cela concerne 20 personnes.
20% sont des femmes
25% ont un diplôme équivalent à Bac+5, et 15% supérieur à Bac +5.
Ils sont 85% à avoir moins de 35 ans.
Ce sont à 85% des professionnels et 10% sont des étudiants.

Ils déclarent à 95% posséder un ordinateur et pour 95% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 60% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

Les bénéficiaires sont tous originaires d’Afrique sub-saharienne (soutien des Ambassades de France du Niger, du Gabon et du Tchad).

Conclusion :

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question cruciale du genre, la sous représentation des femmes hors bénéficiaires de l’allocation AUF est considérable.

 Bilan FOAD 2010-2011

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 12614 candidatures pour 75 diplômes présentés. Il s’agit du chiffre le plus élevé jamais atteint. L’an passé le chiffre était de 10444 candidats. Le nombre de candidats continue donc d’augmenter, comme les années précédentes :

Années Nb candidatures
2004 4300
2005 5100
2006 8100
2007 7900
 2008 8606
2009 10444

(à l’exception de 2007 où il n’y avait eu « que » 7900 candidatures, cette baisse s’expliquant par la décision du conseil scientifique de ne plus soutenir les diplômes du nord de niveau inférieur au master).

Les 12614 candidatures proviennent de 63 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). En 2010, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 81.39% (44.81% en Afrique de l’ouest, 32.76% en Afrique centrale, 3.82% pour l’océan Indien). Il s’agit de la même proportion par rapport à 2008 (82.55 %). Comme les 4 années passées, ce sont les Camerounais puis les Burkinabés qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (7.46 %), Europe (3,25 %), Caraïbe (4,63 %), Moyen Orient (1.88 %), Europe centrale et orientale (0,34 %), Asie Pacifique (0,10 %). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats
Les candidates ne représentent que 19.86 % du total des candidatures, en baisse depuis 3 ans.

Années ♀♀ ♀ ♀ ♀ ♀
2005 17%
2006 20.1%
2007 20.21%
2008 19.74%
2009 19.72%

Il est pourtant précisé sur le site, pour chaque formation, que par décision du Conseil scientifique « les candidatures féminines seront favorisées pour l’attribution des allocations d’études à distance ». La traduction de cette priorité se retrouve dans les chiffres des femmes allocataires (voir plus bas).

80.75% des candidats exercent une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 55.99% exercent une activité depuis moins de 5 ans. 6.90% des candidats sont sans emploi et 12.34% des étudiants.
62.73 % des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 9.64% ont un diplôme supérieur à bac +5, pourcentage sans doute à rapprocher de celui des enseignants postulant à une formation (9.68 %).
65.18% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 27.42 % à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 94.74 % à posséder un ordinateur, et pour 74.89% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 70.02% bénéficier d’un connexion Internet à leur domicile.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général

(Chiffres arrêtés au 10/03/2011 pour 1265 bénéficiaires issus des sélections pour les 75 formations)

Si seulement un peu moins de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 29.47% des bénéficiaires sont des femmes (30.57 % en 2009, 29.37% en 2008, 29.64% en 2007, 38.92% en 2006, 30 % en 2005, 21 % en 2004).
36.54 % des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 21.18 % à plus de bac +5. Etant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (86.69 % d’adultes en activité, pour 9.11 % d’étudiants et 4.19% de sans emploi). Chez les professionnels, 10.51 % des bénéficiaires sont des enseignants.
A l’identique des candidats, 64.7 % des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 32.43% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 95.32% possèdent un ordinateur, et pour 78% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 70.03% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

82.19% des 1234 bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (45.16 % en Afrique de l’ouest, 32.76% en Afrique centrale, 4.27 % dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (6.57%), Caraïbe (6.98%), Moyen-Orient (3.04 %), Europe centrale (0,16 %), Asie Pacifique (0,16 %).

2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF (soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

(Chiffres arrêtés au 10/03/2011 pour 739 bénéficiaires)
Si seulement un peu moins de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 35% des allocataires sont des femmes (30.57% en 2009, 36.24% en 2008, 36.48% en 2007, 40,5% en 2006, 33,4 % en 2005, 31,2 % en 2004).
20.33% des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 14.2% à plus de bac +5. Etant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (82.07 % d’adultes en activité, pour 12.41 % d’étudiants et 5.53% de sans emploi). Chez les professionnels, 13.45 % des allocataires sont des enseignants.
A l’identique des candidats, 73.24% des allocataires ont moins de 35 ans. 31.24% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 95.96% possèdent un ordinateur et pour 75.04% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 66.67% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.
75.14% des 739 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (42.54% d’Afrique de l’ouest, 28.1% d’Afrique centrale, 4.5% de l’océan indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (7.6 %), Caraïbe* (11.6%), Moyen-Orient (3.5 %),
* Suite au tremblement de terre de janvier, 84 Haïtiens ont bénéficié d’une prise en charge totale de leurs frais d’inscriptions par l’AUF et certaines universités partenaires.

2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF (coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

(Chiffres arrêtés au 10/03/2011 pour 506 bénéficiaires)

22.73% seulement sont des femmes, il n’y a pas de prise en compte de la politique de genre du Conseil Scientifique.
21.78% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 7.95% à plus de Bac + 5
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (92.83 % d’adultes en activité, pour 4.73 % d’étudiants et 2.46% de sans emploi). Chez les professionnels, 6.82% sont des enseignants.
Ils ne sont plus que 54.36 % à avoir moins de 35 ans, 40.72% ont entre 35 et 50 ans et 4.92% ont plus de 50 ans.
33.90% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 95.08% ont un ordinateur. Pour 82.2% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 74.62% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.
88.66% sont également originaires de l’Afrique Subsaharienne (46.4% en Afrique de l’Ouest, 38.4% en Afrique Centrale, 3.86% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (5.09%), Moyen-Orient (2.24%), Europe Centrale (0.2 %), Asie-Pacifique (0.2 %).

2.4 Les bénéficiaires d’une allocation des Services Culturels des Ambassades de France (soutien financier, suivi des dossiers d’inscription et des paiements, accès libre CNF, organisation des examens et des soutenances, logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).
Cela concerne 20 personnes.
25% sont des femmes
35% ont un diplôme équivalent à Bac+5, et 30% supérieur à Bac +5.
Ils sont 50% à avoir moins de 35 ans.
Ce sont à 85% des professionnels et 10% sont des étudiants.

Ils déclarent à 80% posséder un ordinateur et pour 70% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 60% bénéficier d’une connexion Internet à leur domicile.

Les bénéficiaires sont tous originaires d’Afrique sub-saharienne (soutien des Ambassades de France du Niger, du Sénégal, du Gabon et du Tchad).

Conclusion :

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question cruciale du genre, la sous représentation des femmes hors bénéficiaires de l’allocation AUF est considérable.

 Bilan FOAD 2009-2010

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 10 444 candidatures pour 62 diplômes présentés. Il s’agit du chiffre le plus élevé jamais atteint. L’an passé le chiffre était de 8608 candidats. Le nombre de candidats continue donc d’augmenter, comme les années précédentes (4 300 en 2004, 5 100 en 2005, 8100 candidatures en 2006, à l’exception de 2007 où il n’y avait eu « que » 7900 candidatures, cette baisse s’expliquant par la décision du conseil scientifique de ne plus soutenir les diplômes du nord de niveau inférieur au master).

Les 10 444 candidatures proviennent de 66 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). Pour 2009, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 82.75 % (46.28% en Afrique de l’ouest, 32.00% en Afrique centrale, 4.47% pour l’océan Indien). Il s’agit de la même proportion par rapport à 2008 (82.55 %). Comme les 5 années passées, ce sont les Camerounais puis les Burkinabés qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (8.26 %), Europe (3,08 %), Caraïbe (2,36 %), Moyen Orient (2,19 %), Europe centrale et orientale (0,34 %), Asie Pacifique (0,11 %). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats

Les candidates ne représentent que 19.72 % du total des candidatures, chiffre identique à 2008, 19.74%, et donc toujours en recul par rapport à 2007, les femmes représentaient alors 20.21% des candidatures (20,1 % en 2006, 17 % en 2005). Il est pourtant précisé sur le site, pour chaque formation, que par décision du Conseil scientifique « les candidatures féminines seront favorisées pour l’attribution des allocations d’études à distance ». La traduction de cette priorité se retrouve dans les chiffres des femmes allocataires (voir plus bas).

80.59 % des candidats sont des adultes exerçant une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 56.53% exercent une activité depuis moins de 5 ans. 6.60% des candidats sont sans emploi et 12.82% des étudiants.
62.22 % des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 10.61% ont un diplôme supérieur à bac +5, pourcentage sans doute à rapprocher de celui des enseignants postulant à une formation (10.73 %).

64.78% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 28.36 % à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 92.10 % à posséder un ordinateur, et pour 63.84% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 81.39% bénéficier d’un connexion Internet sur leur lieu de travail.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général

Chiffres arrêtés au 01/03/2010 pour 1001 bénéficiaires

Si seulement un peu moins de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 30.57% des bénéficiaires sont des femmes (29.64% en 2008, 38.92% en 2007, 30 % en 2006, 21 % en 2005).
20.68 % des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 12.89 % à plus de bac +5. Étant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (82.23 % d’adultes en activité, pour 11.79 % d’étudiants et 5.99% de sans emploi). Chez les professionnels, 11.89 % des bénéficiaires sont des enseignants.
A l’identique des candidats, 62.34 % des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 28.27 % d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 93.81% possèdent un ordinateur, et pour 67.03% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 82.12% bénéficier d’une connexion Internet sur leur lieu professionnel.

82.62 % des 1001 bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (43.76 % en Afrique de l’ouest, 32.87% en Afrique centrale, 5.99 % dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (9.79 %), Caraïbe (2%), Moyen-Orient (3.40 %), Europe centrale (0,5 %), Asie Pacifique (0,3 %).


2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF

(soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Chiffres arrêtés au 01/03/2010 pour 562 bénéficiaires

Si seulement un peu moins de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 38.43% des allocataires sont des femmes (36.24% en 2009, 36.48% en 2008, 40,5% en 2007, 33,4 % en 2006, 31,2 % en 2005).
19.75% des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 13.52% à plus de bac +5. Étant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (77.05 % d’adultes en activité, pour 16.01 % d’étudiants et 6.94 % de sans emploi). Chez les professionnels, 15.66 % des allocataires sont des enseignants.
A l’identique des candidats, 70.46% des allocataires ont moins de 35 ans. 26.51% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 92.88% possèdent un ordinateur et pour 63.17% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 78.29% bénéficier d’une connexion Internet sur leur lieu professionnel.
85.41 % des 562 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (46.62% d’Afrique de l’ouest, 32.21% d’Afrique centrale, 6.58% de l’océan indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (9.61 %), Caraïbe (0.71 %), Moyen-Orient (2.67 %), Europe centrale (0,53 %), Asie Pacifique (0,53 %).


2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF

(coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Chiffres arrêtés au 01/03/2010 pour 409 bénéficiaires

20.54% seulement sont des femmes, il n’y a pas de prise en compte de la politique de genre du Conseil Scientifique.
22% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 11.25 % à plus de Bac + 5
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (89 % d’adultes en activité, pour 6.11 % d’étudiants et 4.89 % de sans emploi). Chez les professionnels, 6.36 % sont des enseignants.
Ils ne sont plus que 52.81 % à avoir moins de 35 ans, 44.5% ont entre 35 et 50 ans et 2.69% ont plus de 50 ans.
30.56% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 95.35% ont un ordinateur. Pour 72.13% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 87.78% bénéficier d’une connexion Internet sur leur lieu professionnel.
83.62% sont également originaires de l’Afrique Subsaharienne (38.39% en Afrique de l’Ouest, 34.47% en Afrique Centrale, 5.62% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (10.76%), Caraïbe (3.91%), Moyen-Orient (3.67%), Europe Centrale (0.73 %), Asie-Pacifique (0 %).

1.3.3 Les bénéficiaires d’une allocation des Services Culturels des Ambassades de France

(soutien financier, suivi des dossiers d’inscription et des paiements, accès libre CNF, organisation des examens et des soutenances, logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).
Cela concerne 30 personnes.
20% sont des femmes
20% ont un diplôme équivalent à Bac+5, et 23.33% supérieur à Bac +5.
Ils sont 40% à avoir moins de 35 ans.
Ce sont à 86.67% des professionnels et 10% sont des étudiants.

Ils déclarent à 90% posséder un ordinateur et pour 70% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 76.67% bénéficier d’une connexion Internet sur leur lieu professionnel.

Les bénéficiaires sont originaires à 86.66% d’Afrique sub-saharienne (soutien des Ambassades de France de Guinée, Niger, du Sénégal et du Gabon) et à 13.33% du Moyen-Orient (Syrie).

Conclusion  :

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question cruciale du genre, la sous représentation des femmes hors bénéficiaires de l’allocation AUF est considérable.

 Bilan FOAD 2008-2009

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 8608 candidatures pour 49 diplômes présentés. Il s’agit du chiffre le plus élevé jamais atteint. L’an passé le chiffre était de 7900 candidats (la baisse s’expliquait par la décision du conseil scientifique de plu soutenir les diplômes du nord de niveau inférieur au master). Le nombre de candidats continue donc d’augmenter, comme les années précédentes (4 300 en 2004, 5 100 en 2005, 8100 candidatures en 2006).

Les 8608 candidatures proviennent de 55 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). Pour 2008, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 82,55 % (44.31% en Afrique de l’ouest, 34.00% en Afrique centrale, 4.24 % pour l’océan Indien). Il s’agit d’une légère progression par rapport à 2007 (80,82 %). Comme les 3 années passées, ce sont les Camerounais et les Burkinabés qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (8.11 %), Europe (3,09 %), Caraïbe (2,22 %), Moyen Orient (2,68 %), Europe centrale et orientale (0,41 %), Asie Pacifique (0,22 %). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques.

1.2. Profil des candidats

Les candidates ne représentent que 19.74 % du total des candidatures. Il s’agit d’un recul par rapport à 2007, les femmes représentaient alors 20.21% des candidatures (20,1 % en 2006, 17 % en 2005). Il est pourtant précisé sur le site, pour chaque formation, que par décision du Conseil scientifique « les candidatures féminines seront favorisées pour l’attribution des allocations d’études à distance ». La traduction de cette priorité se retrouve dans les chiffres des femmes allocataires (voir plus bas).

78.72 % des candidats sont des adultes exerçant une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 59.31 % exercent une activité depuis moins de 5 ans. 6.70% des candidats sont sans emploi et 14.58 % des étudiants.

68.23 % des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 13,02 % ont un diplôme supérieur à bac +5, pourcentage sans doute à rapprocher de celui des enseignants postulant à une formation (11,13 %).

66.35% des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 28.31 % à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 88.38 % à posséder un ordinateur, et il s’agit à 53.74% d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 77,82% bénéficier d’un connexion Internet sur leur lieu de travail.

2. Les bénéficiaires des FOAD soutenues par l’AUF

2.1 Aperçu général

Si seulement un peu moins de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 29.64% bénéficiaires sont des femmes (38.92% en 2007, 30 % en 2006, 21 % en 2005).

21.79 % des bénéficiaires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 17.19 % à plus de bac +5. Etant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.

La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les bénéficiaires (86.79 % d’adultes en activité, pour 8.84 % d’étudiants et 4.36% de sans emploi). Chez les professionnels, 14.69 % des bénéficiaires sont des enseignants.

A l’identique des candidats, 56.67 % des bénéficiaires ont moins de 35 ans. 32,63 % d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 91.91% possèdent un ordinateur, pour 59.15% il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 82.57% bénéficier d’une connexion Internet sur leur lieu professionnel.

84.43 % des 803 bénéficiaires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (44,58 % en Afrique de l’ouest, 34,74% en Afrique centrale, 5,11 % dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (8.97 %), Caraïbe (2,49 %), Moyen-Orient (2,86 %), Europe centrale (0,5 %), Asie Pacifique (0,62 %).

2.2 Les bénéficiaires avec allocation de l’AUF (soutien financier au coût de la formation et mise à disposition de l’ensemble des services l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes d’étudiant, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Si seulement un peu moins de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 36.48% des allocataires sont des femmes (40,5% en 2007, 33,4 % en 2006, 31,2 % en 2005).

21,10 % des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 23,52 % à plus de bac +5. Etant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.

La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (84.83 % d’adultes en activité, pour 10.11 % d’étudiants et 5.05 % de sans emploi). Chez les professionnels, 19.56 % des allocataires sont des enseignants.

A l’identique des candidats, 60,88 % des allocataires ont moins de 35 ans. 36.48% d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 93.19% possèdent un ordinateur et il s’agit à 57.36% d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 86.59% bénéficier d’une connexion Internet sur leur lieu professionnel.

85.05 % des 455 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (45.93% en Afrique de l’ouest, 32.97% en Afrique centrale, 6.15 % dans l’océan indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (9.89 %), Caraïbe (1.32 %), Moyen-Orient (2.64 %), Europe centrale (0,22 %), Asie Pacifique (0,88 %).

2.3 Les bénéficiaires sans allocation de l’AUF (coût de la formation négocié par l’AUF avec les Universités diplômantes, mise à disposition de l’ensemble des services de l’AUF dans le cadre des FOAD : suivi des dossiers d’inscription et des paiements ; accès libre CNF ; organisation des examens et des soutenances ; logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

24,87% seulement sont des femmes, il n’y a pas de prise en compte de la politique de genre du Conseil Scientifique.

18.43% ont un diplôme équivalent à Bac+5 et 7.85% à plus de Bac + 5
La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve aussi chez les bénéficiaires sans allocation (88,06 % d’adultes en activité, pour 8.19 % d’étudiants et 3.75 % de sans emploi). Chez les professionnels, 5.80 % sont des enseignants.

Ils ne sont plus que 54.61% à avoir moins de 35 ans, 39.59% ont entre 35 et 50 ans et 5.80% ont plus de 50 ans.

26.62% ont déclaré avoir déjà une expérience de la formation à distance et 91.47% ont un ordinateur. Pour 62.80% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Ces candidats déclarent à 89.76% bénéficier d’une connexion Internet sur leur lieu professionnel.

81.57% sont également originaires de l’Afrique Subsaharienne (40.61% en Afrique de l’Ouest, 36.52% en Afrique Centrale, 4.44% dans l’Océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (9.22%), Caraïbe (4.78%), Moyen-Orient (2.73%), Europe Centrale (1.02%), Asie-Pacifique (0.34%).

1.3.3 Les bénéficiaires d’une allocation des Services Culturels des Ambassades de France (soutien financier, suivi des dossiers d’inscription et des paiements, accès libre CNF, organisation des examens et des soutenances, logistique inhérente à la formation : envoi de cartes étudiantes, support pédagogique, clés USB… ; médiation technique et pédagogique).

Ce soutien concerne 55 personnes. 9.09% sont des femmes. 45.45% ont un diplôme équivalent à Bac+5, et 14.55% supérieur à Bac +5.
Ils sont 34.73% à avoir moins de 35 ans. Ce sont à 96.37% des professionnels et 1.82% sont des étudiants.

Ils déclarent à 83.64% posséder un ordinateur et pour 54.55% d’entre eux, il s’agit d’un ordinateur portable. Les candidats déclarent à 89.09% bénéficier d’une connexion Internet sur leur lieu professionnel.

Les bénéficiaires sont originaires à 94.54% d’Afrique sub-saharienne (soutien des Ambassades de France de Guinée, Mauritanie, Niger, du Tchad et du Gabon) et à 5.46% du Moyen-Orient (Syrie).

Conclusion

Les profils des bénéficiaires sont équivalents quelque soit le soutien dont ils bénéficient, sauf sur la question cruciale du genre, la sous représentation des femmes hors bénéficiaires de l’allocation AUF est considérable.

 Bilan FOAD 2007-2008

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 7 900 candidatures, un peu moins que les 8 100 de 2006-2007. Ce chiffre s’explique par la décision du Conseil scientifique de l’AUF de ne plus soutenir les formations du nord de niveau diplôme universitaire (D.U.) et licence. L’AUF, hors licences proposées par des établissements africains, n’offraient plus que des formations de niveau master. Considéré sous cet angle, en ne prenant en compte que les chiffres des masters de l’an dernier, le nombre de candidats a, en fait, augmenté, comme les années précédentes (4 300 en 2004,
5 100 en 2005, 6 500 candidatures à des masters en 2006).

Les 7 900 candidatures proviennent de 61 pays différents (pays ayant déposé au moins 2 candidatures). Pour 2007, le total des candidatures émanant d’Afrique subsaharienne s’élève à 80,82 % (42,61 % en Afrique de l’ouest, 32,60 % en Afrique centrale, 5,61 % pour l’océan Indien). Il s’agit d’un léger recul par rapport à 2006 (83,1 %). Comme les 3 années passées, ce sont les Camerounais et les Burkinabés qui ont le plus répondu.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (10,75 %), Europe (3,14 %), Caraïbe (2,23 %), Moyen Orient (1,62 %), Europe centrale et orientale (0,44 %), Asie Pacifique (0,20 %). Certaines universités françaises utilisent notre site de gestion administrative pour leur propre appel à candidatures ce qui explique la part de l’Europe dans ces statistiques. L’ouverture du CNF d’Alger explique en partie l’augmentation de la part du Maghreb.

1.2. Profil des candidats

Les candidates ne représentent que 20,21 % du total des candidatures (20,1 % en 2006, 17 % en 2005), même s’il est précisé sur le site, pour chaque formation, que par décision du Conseil scientifique « les candidatures féminines seront favorisées pour l’attribution des allocations d’études à distance ». La traduction de cette priorité se retrouve dans les chiffres des femmes allocataires (voir plus bas).

75 % des candidats sont des adultes exerçant une activité professionnelle. Ce sont surtout des jeunes professionnels : 61 % exercent une activité depuis moins de 5 ans. 8 % des candidats sont sans emploi et 17 % des étudiants.

69 % des candidats déclarent un diplôme équivalent ou supérieur à un bac +4. A noter que 12,4 % ont un diplôme supérieur à bac +5, pourcentage sans doute à rapprocher de celui des enseignants postulant à une formation (11, 6 %).

67,9 % des candidats ont moins de 35 ans. Ils sont 26 % à déclarer avoir une expérience antérieure de la formation à distance et 77,4 % à posséder un ordinateur.

1.3. Allocataires

Si seulement un peu plus de 20 % des candidats sont des candidates, en revanche 40,5 % des allocataires sont des femmes (33,4 % en 2006, 31,2 % en 2005).

21,3 % des allocataires sont titulaires d’un diplôme équivalent à bac +5 et 24,6 % à plus de bac +5. Etant donné leur parcours, sans doute davantage que le diplôme lui-même, ce sont des compétences nouvelles que semblent viser ces personnes.

La répartition observée chez les candidats entre professionnels et étudiants se retrouve chez les allocataires (74,8 % d’adultes en activité, pour 16,6 % d’étudiants et 8,6 % de sans emploi). Chez les professionnels, 21 % des allocataires sont des enseignants.

A l’identique des candidats, 67,9 % des allocataires ont moins de 35 ans. 32,7 % d’entre eux avaient déjà eu une expérience d’enseignement à distance et 79,6 % possèdent un ordinateur.

79,6 % des 614 allocataires de l’AUF sont originaires d’Afrique sub-saharienne (41,2 % en Afrique de l’ouest, 27,9% en Afrique centrale, 10,4 % dans l’océan Indien). Les pourcentages des autres régions : Maghreb (11,6 %), Caraibe (3,6 %), Moyen-Orient (3,42 %), Europe centrale (0,81 %), Asie Pacifique (0,33 %).

 Bilan FOAD 2006-2007

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements complétés en ligne par les candidats.

1. Appel à candidatures

1.1. Aperçu général

Nous avons reçu 8 100 candidatures en provenance de 58 pays (pays dans lesquels ont été déposées au moins 2 candidatures), contre 5 100 en 2005 (en provenance de 45 pays) et 4 300 en 2004, soit une augmentation des candidatures de plus de 90% en deux ans.

Cette année, 83,1% des candidatures viennent d’Afrique sub-saharienne (48,7% du BAO, 30,6% du BAC, 3,8% du BOI), soit 7% de plus que l’an dernier et 12% de plus qu’il y a deux ans. Comme les deux années passées, ce sont les camerounais et le burkinabés qui ont le plus répondu ; suivis des maliens, béninois et sénégalais.

Les pourcentages des autres régions : Maghreb (8,3%), BMO (1,9%), BC (1,9%), BECO (0,4%), BAP (0,4%). La France (certaines universités française ont utilisé notre système de pré-inscription) et les pays hors francophonie assurent le complément.

1.2. Profil des candidats

20,1% de ces candidats sont des candidates, contre 21% en 2005 et 17% en 2004.
58% (contre 52% l’an dernier) des candidats ont préalablement validé un diplôme supérieur ou égal à bac+4.

67,1% des candidats sont des adultes ayant une activité professionnelle, 25,7% des étudiants et 7,2% des sans emploi. Cela confirme les chiffres des deux années passées et la demande en formation continue. Logiquement, étant donné le statut professionnel dominant, près de 60% des candidats ont entre 25 et 35 ans. Pour beaucoup, ce sont de jeunes professionnels, 66% d’entre eux ont une expérience du travail comprise entre 1 et 5 ans.

Ils sont un quart à déclarer avoir déjà eu une expérience préalable en matière d’enseignement à distance et près de la moitié affirment disposer d’au moins 15 heures de disponibilité par semaine pour suivre leur formation. Ils sont 66,6% à affirmer pouvoir disposer ou posséder un ordinateur mais 69,1% des candidats disent avoir besoin des services d’un CNF pour suivre leur formation.

2. Allocataires

Si les candidates n’atteignent que 20,1% du total des candidats (1 633 femmes pour 6 479 hommes), elles représentent en revanche 33,4 % (31,2% en 2005) des allocataires (231 des 692 allocations attribuées). Favoriser, à qualité scientifique égale, les candidatures féminines, fait partie des recommandations du Conseil scientifique adressées aux collèges pédagogiques des formations.

Etant donné la nature de l’offre de FOAD (beaucoup de masters ou équivalent), les bac+4 et au-delà représentent 68,9 % des allocataires (contre 58% des candidats).

Les jeunes professionnels sont également davantage sélectionnés que les autres, ce qui correspond également aux recommandations du Conseil scientifique. 65% des allocataires ont entre 1 et 5 ans d’expérience. Au total, 70,6% des allocataires exercent un métier (dont 14,9% d’enseignants) contre 22,5% d’étudiants et 6,8% de sans emploi.

28,6% des allocataires disent avoir déjà suivi un enseignement à distance et 69,8% affirment posséder ou pouvoir accéder à un ordinateur (près de 10% de plus que l’an dernier). Ils sont en revanche 70,3% à avoir besoin des services d’un CNF pour suivre leur formation.

87,4% des allocataires viennent d’Afrique sub-saharienne (47,8 du BAO, 33,1 du BAC, 6,5 du BOI) contre 83,1% des candidats. Le Maghreb représente 6,4% des allocataires, le BMO 2,3%, la Caraïbe 1,7%, le BECO 0,9% et le BAP 1,3%.

 Bilan FOAD 2005-2006

Les statistiques ci-dessous sont automatiquement générées à partir des renseignements demandés dans les dossiers complétés en ligne par les candidats.

Aperçu général

Nous avons reçu 5 100 candidatures en provenance de 45 pays (pays en provenance desquels ont été déposées au moins 2 candidatures), contre 4 300 en 2004, soit une augmentation de près de 20%

76,8% des candidatures viennent d’Afrique sub-saharienne (42,9% d’Afrique de l’Ouest, 29,3% d’Afrique Centrale, 4,6 d’Océan Indien). Avec près de 5% de plus que l’an dernier, c’est une confirmation supplémentaire que l’offre intéresse surtout ces régions. Comme en 2004-2005, ce sont le Cameroun et le Burkina Faso qui ont le plus répondu ; suivis, cette année, du Mali, du Sénégal et du Bénin.

Pour les autres régions : Maghreb (17,1%), Moyen-Orient (2,3% alors qu’il n’y avait quasiment pas de candidats l’an dernier), Caraïbes (2%), Europe centrale et orientale (0,5%), Asie-Pacifique (0,4%). Les pays hors francophonie assurent le complément.

Profil des candidats

Un peu plus de 21% de ces candidats sont des candidates, contre 17% en 2004, soit une progression de 25% des candidatures féminines.

52,7% des candidats ont préalablement validé un diplôme supérieur ou égal à bac+4 et 43,7% un diplôme compris entre bac+1 et bac +3.

65% des candidats sont des adultes ayant une activité professionnelle, 25,5% des étudiants et 9,5% des sans emploi. Cela confirme les chiffres de l’an dernier et la demande en formation continue. Logiquement, étant donné le statut professionnel dominant, près de 60% des candidats ont entre 25 et 35 ans, 25% entre 35 et 50 ans et seulement 14% moins de 25 ans. Pour beaucoup, ce sont de jeunes professionnels, 40% d’entre eux ont une expérience du travail comprise entre 1 et 5 ans. 31% possèdent une expérience professionnelle supérieure à 5 ans et 29% n’en ont aucune.

Ils sont quand même 23% à avoir déjà eu une expérience préalable en matière d’enseignement à distance et 60% à dire posséder ou pouvoir accéder à un ordinateur hors des campus numériques (sans qu’il soit possible pour nous de préciser ici une répartition géographique de ces données). En revanche, près de 69% des candidats affirment avoir besoin des services d’un Campus numérique francophone pour suivre leur formation.

Allocataires

Si les candidates équivalent à 21% (1 071 femmes pour 4 029 hommes) du total des candidats, elles représentent en revanche 31,2% des allocataires (218 des 700 allocations). Favoriser, à qualité scientifique égale, les candidatures féminines, fait partie des recommandations du Conseil scientifique de l’Agence universitaire de la Francophonie adressées aux collèges pédagogiques des formations.

La classe d’âge 25-35 ans est encore un peu plus représentée chez les allocataires que chez les candidats avec 62,3% des sélectionnés contre 22% pour les 35-50 ans et 16% pour les moins de 25. Etant donné la nature de l’offre de FOAD (beaucoup de masters ou équivalent), les plus de bac+4 représentent 62,2 % des allocataires (contre 52,7% des candidats).

Les jeunes professionnels sont également davantage sélectionnés que les autres, ce qui correspond également aux recommandations du Conseil scientifique de l’AUF. 47% des allocataires ont entre 1 et 5 ans d’expérience. Au total, 70,6% des allocataires exercent un métier (dont 15,2% d’enseignants) contre 20,5% d’étudiants et 8,7% de sans emploi.

25% des allocataires disent avoir déjà suivi un enseignement à distance et 60% affirment posséder ou pouvoir accéder à un ordinateur. Ils sont en revanche 72,5% à avoir besoin des services d’un Campus numérique francophone pour suivre leur formation.

82,8% des allocataires viennent d’Afrique sub-saharienne (49,9 d’Afrique de l’Ouest, 25,8 d’Afrique centrale, 7,1 d’Océan Indien) contre 76,8% des candidats. Le Maghreb représente 10,4% des allocataires, la Caraïbe 2,5%, le Moyen Orient 1,8%, l’Europe centrale et orientale 1,3% et l’Asie-Pacifique 0,75%.

 Bilan FOAD 2004-2005

A travers son site portail, l’Agence universitaire de la Francophonie a reçu 4364 candidatures, provenant de 53 pays et concernant 21 formations ouvertes et à distance (2 de ces formations proposant 2 promotions dans l’année). 561 allocations d’études à distance ont été attribuées, couvrant la grande majorité des frais pédagogiques et d’inscription aux formations. Il a également été proposé à 504 candidats supplémentaires de pouvoir bénéficier d’un prix « Sud », spécialement négocié avec les Université diplômantes en France et au Québec.

Ventilation des candidatures et des allocations par genre

733 candidatures féminines sur un total de 4364 ont été enregistrées. 148 femmes contre 413 hommes bénéficient d’une allocation d’études à distance. En d’autres termes, 20,75 % des candidatures féminines ont été retenues pour une allocation contre 11,30 % des candidatures masculines.

Même si un correctif a été apporté au moment de la sélection et de l’attribution des allocations, 17% de candidatures féminines sont insuffisantes. Une plus grande communication ciblée sera réalisée lors du prochain appel à candidatures et les candidatures féminines seront privilégiées au moment des sélections.

Répartition des candidatures et des allocations par zone géographique

L’Afrique de l’Ouest, l’Afrique Centrale et l’Océan Indien totalisent 72% des candidatures et 78% des bénéficiaires d’allocations. Si l’on rajoute le Maghreb, le continent africain réunit plus de 87% du total des réponses et 88% des allocataires.

Les pays ayant suscité le plus de candidatures sont le Cameroun (673 candidats, soit 15,5 % du total mais 16,5 % des admis), le Burkina Faso (499 candidats, soit 11,5 % du total mais 14,5 % des admis), le Bénin (315 candidats, soit 7 % du total mais 9 % des admis). Suivent le Niger, Madagascar, l’Algérie et la Tunisie. Très peu de candidatures sont venues d’Europe Centrale et Orientale et du Moyen Orient, peu d’Asie. Les statistiques se basent sur le pays de résidence du candidat.

L’Afrique de l’Ouest totalise 1731 des 4324 candidatures, l’Afrique centrale 1121 et l’Océan Indien 284.

261 des 560 allocations d’études à distance ont été attribuées à l’Afrique de l’Ouest, 140 à l’Afrique centrale et 36 à l’Océan Indien.

Répartition des allocations par statut des bénéficiaires

71% des allocations d’études à distance ont été attribuées à des adultes en activité professionnelle contre seulement 29% à des étudiants en formation initiale.

Le dispositif proposé par l’Agence universitaire de la Francophonie a donc rencontré un large écho en Afrique auprès du public ayant besoin d’une formation continue.

Un quart des candidats bénéficiant d’une allocation sont des enseignants titulaires ou vacataires. Ils ont visiblement souhaité actualiser leurs connaissances ou valider leurs acquis d’expérience en suivant l’un des masters proposés. Entre les enseignants et les étudiants, 53% des allocations bénéficient au secteur éducatif public. Les candidats admis provenant du secteur privé ou des ONG sont majoritairement des diplômés récents possédant moins de 5 ans d’expérience professionnelle.

La tranche d’âge des 30 - 40 ans représente 41% des allocations attribuées.