Master 2 (M2) Lettres modernes, option « Lettres et études culturelles »

Avec le concours de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), l’Université Jean Monnet de St-Etienne (France) propose un Master (M2) Lettres modernes, option « Lettres et études culturelles ».

Ce programme aborde la littérature dans une perspective culturelle visant à analyser la manière dont les textes littéraires français, francophones et, secondairement, d’autres aires linguistiques, pensent et reconfigurent des questions sociales, historiques ou politiques fondamentales. Tout particulièrement, les questions d’inégalités entre femme et homme, de discriminations de toutes sortes, les rapports entre les cultures, et les reconfigurations dans les sociétés marquées par des bouleversements politiques ou des révolutions. Il s’agira donc d’appréhender la littérature, au sens large – de fiction ou non, canonique ou minorée – dans le sillage des perspectives ouvertes par les « études culturelles ».

Nommées d’après le Centre for Contemporary Cultural Studies fondé en 1963 à l’Université de Birmingham par, entre autres, des spécialistes de littérature d’obédience marxiste comme Richard Hoggart, Raymond Williams et Stuart Hall, les études culturelles (les Cultural Studies, les Cultstuds) postulent que la culture ne se limite plus à la culture savante ou humaniste (la « high culture » de F. R. Leavis), mais désigne tout ce qui fonde la vie d’une société, ses croyances, ses rituels aussi bien que ses formes artistiques traditionnelles. Les études culturelles se sont affirmées dans les pays anglo-saxons comme un nouveau paradigme fondé sur la notion de culture (le cultural turn de David Chaney), la matrice d’une possible redéfinition disciplinaire des études littéraires, puis des sciences humaines dans leur ensemble.

Les études culturelles scrutent les fonctionnements idéologiques du discours et examinent les processus en jeu dans les relations de pouvoir dans la lignée des travaux de Foucault, Althusser et Bourdieu. Analysant la construction des identités dans les sociétés, elles s’intéressent aux rapports hégémoniques (cf. le triptyque classe, race, genre) tout en recherchant les moyens de les déconstruire. Se focalisant sur l’articulation entre culture canonique et culture populaire (plus qu’à leur opposition), elles ont progressivement substitué à la distinction traditionnelle entre « haute » culture et culture populaire l’idée de différence culturelle.

Depuis leur fondation, les études culturelles ont suscité de nombreux débats – notamment en France – qui ont fait progresser leurs concepts et leurs méthodes d’approche. Elles sont aujourd’hui un des domaines les plus féconds théoriquement dans les sciences humaines et dans les disciplines littéraires.

Cette approche de la littérature propose l’élaboration d’une compétence théorique et pratique pour affronter et penser les défis majeurs du monde du XXIe siècle que sont les relations entre les diverses cultures d’une société, les relations de pouvoir entre les sexes, la place des minorités et les conséquences générées par les migrations.

Le M2 Lettres modernes, option « Lettres et études culturelles » est lancé sous réserve des discussions en cours avec l’Université Jean Monnet de St Etienne.